LE CLUSTER DE CANCERS PEDIATRIQUES SUR LE TERRITOIRE AUTOUR DE SAINTE PAZANNE 

24 enfants ont déclaré un cancer entre mai 2015 et décembre 2020 sur un périmètre d’une quinzaine de kilomètres autour de la commune de Sainte Pazanne.
Il ne se passe pas 6 mois depuis 2015 sans qu’un enfant ne déclare un cancer sur notre territoire.

 

Carte ci-dessus, en référence avec les communes et le nombre d’enfants atteints de cancers par commune.

CARTOGRAPHIE

Les communes concernées par ces 24 enfants que nous connaissons sont Ste Pazanne, St Mars de Coutais, Port St Père, Cheix-en-Retz, Le Pellerin, Rouans, St Hilaire de Chaléons, Villeneuve en Retz et Machecoul.Cette cartographie, pour tout le département de la Loire-Atlantique, est dorénavant disponible depuis mars 2005 à mars 2019. Ce travail de recensement a été finalisé en janvier 2020 par le registre départemental des cancers de Loire-Atlantique/Vendée qui refuse toujours à ce jour de nous transmettre ces données.

Le Collectif Stop aux Cancers de nos Enfants s’est mobilisé et continue de demander la totale transparence de ces données brutes. Il nous paraît essentiel d’avoir connaissance du nombre exact de cancers pédiatriques par commune et par année depuis 2005 sur notre département.

TABLEAUX DE RECENSEMENT

Nos 24 enfants sont atteints de types de cancers différents, des hémopathies malignes et des tumeurs osseuses.

Les Hémopathies malignes : Leucémie Aigüe Lymphoblastique ( LAL) de type B, LAL de type T, lymphome immature, lymphome de Burkitt, lymphome de Hodgkin…Les Tumeurs osseuses: Sarcome D’Ewing (os), Tumeurs cérébrales (Médulloblastome, GITC…) Tumeur endocrine, Sarcome des tissus mous …

L’agence sanitaire de référence, Santé Publique France (SPF), n’a retenu que 13 enfants pour l’étude épidémiologique puis finalement 11 enfants pour le taux d’incidence.

Le tableau ci-contre répertorie l’ensemble des enfants que le collectif a recensé dans ce périmètre de 15 kms autour de Sainte-Pazanne.   

Pourquoi ce choix ? Définition d’un périmètre spatio-temporel.

1- C’est un choix géographique : SPF a délimité un secteur par commune

En Mai 2019, SPF a fait le choix de ne retenir que 7 communes : Ste Pazanne, St Mars de Coutais, Port St Père, Rouans, St Hilaire de Chaléons, Villeneuve en Retz et Machecoul-St Même. A cette date sur les deux communes de Machecoul-St Même et de Port St père, nous n’avions connaissance d’aucun enfant ayant déclaré de cancer. SPF décide d’exclure les communes de Cheix en Retz et du Pellerin où des cancers pédiatriques étaient déjà déclarés.

Le Collectif Stop aux Cancers de nos Enfants les ont beaucoup interrogé sur ce choix de prendre en compte des grandes communes sans cancer pédiatrique face à leur refus de comptabiliser les petites communes avec des cancers pédiatriques qui de plus est sont plus proche géographiquement. Nous avons lourdement insisté sur cette prise en compte sans changement de position de leur part.

 2- C’est un choix encadré dans le temps : de 2015 à Mars 2019.   

Tous les enfants qui ont déclaré un cancer depuis mars 2019 ne sont pas comptabilisés dans leur étude.

3- C’est un choix d’âge de l’enfant au moment de la déclaration de son cancer: des jeunes étaient juste majeurs au moment de la pose du diagnostic de cancer, ils n’ont donc pas été comptabilisés par SPF.

Pour le calcul du taux d’incidence (c’est-à-dire le nombre total de nouveaux cas sur cette période donnée, divisé par la taille de la population totale), SPF décide de diminuer encore le nombre d’enfants pour n’en retenir finalement que 11.
SPF, pour ce calcul, n’a pas comptabilisé les enfants de plus de 15 ans atteints de cancers, ne retenant que les 0-14 ans.

Leur calcul nous ramenait en novembre 2019 à un taux d’incidence (SIR) de 2,27.

Nos remarques : SPF ne comptabilise pas l’ensemble des enfants et élargit le périmètre à des communes sans cancer pédiatrique. Nous contestons leur décision de laisser autant d’enfants en dehors de cette étude. 

Lien vers le point de situation épidémiologique 29/11/2019 – CR Santé Publique France 

POUR ALLER PLUS LOIN DANS LA COMPREHENSION

Le registre des cancers n’existe que dans 20% des départements français. Et c’est ce seul et unique registre des cancers qui recense à la fois les cancers adultes et les cancers pédiatriques. Et quand ces registres existent, ils ont entre 2 et 3 années de retard d’enregistrement des cancers.

Pour ce qui est, précisément, des cancers de nos enfants, le registre national des cancers pédiatriques n’est plus à jour depuis 2014. Il est important de noter que ces registres n’ont aujourd’hui, pas vocation à cartographier le département ni à alerter.

Nous dénonçons fortement ce manque de données car il ne permet pas de réaliser une évaluation précise de la situation des cancers adultes et encore moins des cancers pédiatriques en France. Notre pays ne peut pas fermer les yeux sur l’augmentation des cancers d’enfants et d’adultes, cachés par une comptabilité du nombre toujours extrapolée ou modélisée.

Nous réclamons un recensement systématique et quasi en temps réel des cancers pédiatriques et que ceux-ci soient cartographiés sur toute la France afin de permettre rapidement d’évaluer une situation de cluster éventuelle et intervenir au plus vite pour protéger nos enfants.