COMMISSION EAU,  AMIANTE, PLOMB

Les objectifs de cette commission sont :

  • d’analyser les données reçues
  • de permettre une lisibilité pour tous
  • d’engager des analyses de l’eau

Il est important de nous éclairer et continuer à chercher les causes sur notre secteur de tant de cancers d’enfants sur notre secteur. Nous sommes en contact avec les responsables de distribution de l’eau, Atltantic’eau avec qui nous avons construit une véritable relation de confiance, mais aussi avec des laboratoires (analyse de l’eau):

 

EAU CONSOMMATION HUMAINE

L’eau et le Pays de Retz

Notre secteur du Pays de Retz est un secteur clef et original au niveau de l’eau.

En effet, il est constitué de plusieurs zones humides très importantes pour la gestion de l’eau et la biodiversité. Il est traversé par des marais, dont l’aménagement hydraulique a commencé au Moyen-Age couvrants une partie du sud Loire jusqu’au lac de Grand lieu (en hiver le plus grand lac naturel de France avec 6000 hectares :

Le Lac de Grand-Lieu en hiver et le marais breton

Notre secteur est unique en France avec des rivières comme le Tenu ou L’Acheneau qui coulent dans les 2 sens.

L’hydraulique en Sud Loire / Gestion de l’Hydraulique

 

L’eau brut (superficielle et souterraine) 

L’eau est une ressource essentielle à notre physiologie car elle représente 60% de notre corps. Elle est indispensable à la vie Humaine, des Mammifères, de la Flore et de la Faune.

Un suivi de la qualité des eaux est donc essentiel pour protéger la vie. Au niveau des eaux de surface, cette qualité est déterminante car ces eaux vont alimenter par ruissellement et filtration les eaux souterraines indispensables pour produire de l’eau potable à nos robinets.

Malheureusement la qualité des eaux de surface dans nos secteurs est assez mauvaise et même très préoccupante

On note par exemple dans l’ognon qui va alimenter le lac de Grand-Lieu et indirectement nos eaux souterraines des teneurs en pesticides parfois au-delà des seuils de 5µg/l et pouvant atteindre par exemple en octobre 2018 11.80µg/l

Qualité de l’eau / Observatoire 44 Bilan 2018

Sur notre secteur, les nappes d’eau souterraine sont présentes à faible profondeur

(de quelques mètres à quelques dizaines de mètres). Elles sont donc en relation rapide avec la surface du sol (de quelques jours à quelques mois) et leur contamination est tristement inéluctable.

L’eau potable

Ministère des Solidarités et de la Santé / Qualité Eau potable

Notre eau potable sur le secteur du cluster de cancer de Sainte-Pazanne est produite par une usine spécialisée à Basse Goulaine, puis distribuée par un gigantesque réseau de canalisations au robinet de chaque domicile . Cette eau doit atteindre un indice de qualité régit par des normes.

Par exemple, la quantité totale de pesticides dans un litre d’eau ne doit pas dépasser 0.5µg. Pour un seul pesticide cette quantité ne doit pas excéder 0.1µg/l. Évidemment la capacité à respecter ces normes est dépendante de la qualité brute de l’eau et la contamination est telle que produire de l’eau respectant les normes est devenu un défi quasi-insurmontable.

D’ailleurs, le Ministère de l’écologie et du développement durable estime qu’en France, le coût annuel de la dépollution de l’eau lié uniquement aux pratiques agricoles dépasse les 50 Milliards d’euros

Commissariat général au Développement Durable / Coûts des principales pollutions agricoles de l’eau 

De façon plus dramatique, il n’est d’ailleurs même pas évident que cette norme de 0.1µg/l puisse protéger la santé humaine. En effet, une étude très récente démontre que l’administration pendant 6 mois de 3 pesticides parmi les plus retrouvés dans l’alimentation (cyprodinil, mepanipyrim et pyriméthanil) à une dose règlementaire de 0.1µg/l à des souris sensibles à la maladie d’Alzheimer augmente par 18 les troubles retrouvés dans cette maladie

Étude CNRS / “Des doses réglementaires de fongicides dans l’eau exacerbent les marqueurs d’Alzheimer” / Février 2020

Cette étude très inquiétante induit de nombreuses questions car les concentrations tolérées de ces 3 pesticides dans les légumes peut atteindre 20mg par kg de légumes soit 200000 fois ce qui est toléré dans l’eau et qui semble suffisant pour fortement augmenter les troubles retrouvés dans la maladie d’Alzheimer.

Retrouver les normes de pesticides dans les légumes

Comment l’eau peut-elle contaminer l’organisme

La contamination de l’humain par l’eau peut avoir plusieurs sources, l’eau consommée, l’eau de pluie, l’eau respirée (brouillard) mais aussi les légumes arrosés par une eau polluée. Il ne faut pas négliger la contamination par l’eau de pluie et l’eau respirée. En effet, on sait par exemple que les pesticides peuvent être concentrés dans les gouttelettes d’eau contenues dans le brouillard (rapport N° 705 Assemblé Nationale et N° 215 SÉNAT).  Il y a donc plusieurs sources pour l’humain, le passage par la peau, la voie respiratoire et la voie digestive (estomac, intestin).

Les analyses de l’eau sur le secteur du cluster de Cancers pédiatriques

Dans le cadre de la Levée de doute menée par l’ARS:

  • Analyses de molécules dans l’eau au sein de l’école Notre Dame de Lourdes. Ces molécules recherchées correspondent aux substances en lien avec l’ancienne usine de traitement de bois Leduc. Le Collectif espérait une recherche environnementale plus globale.
  • La première série d’analyse a eu lieu en juillet 2019

Résultats levée de doute ARS

  1. Diaporama
  2. Eaux souterraines
  3. Eau du robinet
  4. Logements des familles (dont analyse de l’eau)
  • Analyse des molécules les plus couramment analysées dans l’eau au robinet de domiciles de certaines familles dont l’enfant a déclaré un cancer fin d’année 2019. L’ARS refuse également de transmettre les résultats aux familles concernées, malgré leurs demandes et leurs relances.

 

Le Collectif Stop aux Cancers de nos Enfants ne s’est pas satisfait de ce peu d’analyse. Nous avons agi pour réussir à effectuer d’autres types d’analyses de l’eau

  • L’une porte sur notre réseau d’eau, depuis Basse Goulaine jusqu’à nos robinets sur le secteur.

Ces très nombreux prélèvements et analyses ont pu être réalisés grâce au partenariat construit avec notre distributeur d’eau, Atltantic’Eau, avec à sa présidence M. Jean-Michel BRARD et M. CADERON, directeur.

Le Collectif avait élaboré avec des spécialistes de la qualité de l’eau et Atlantic’eau un cahier des charges extrêmement complet des molécules à analyser, parmi lesquelles des terres rares, qui avaient été retrouvées dans les cheveux des enfants, mais ne sont jamais recherchées dans les analyses d’eau.

Atlantic’eau a repris l’ensemble de notre proposition en toute transparence. De plus, soucieux de nous aider à exclure l’eau comme facteurs de risques des cancers d’enfants, Atlantic’eau à fait appel à de nouveaux process d’analyses, le bio-essai. Notre distributeur d’eau nous communique directement les résultats bruts nous permettant d’avoir une confiance totale dans ce partenaire.

  • Les autres analyses de l’eau que nous menons portent sur nos nappes, via les puits, les marres, les ruisseaux, les rivières et les eaux de toitures (qui caractérisent aussi les épandages) sur notre secteur.

Le cahier des charges est validé, les lieux de prélèvements le sont également et les scientifiques qui nous accompagnent sur ce projet sont prêts.

La situation sanitaire liée au Covid-19 a entraîné la fermeture des laboratoires, l’impossibilité de venir prélever… Nous avons donc du retard dans ces prélèvements.

Nous espérons qu’ils vont pouvoir avoir lieu d’ici la FIN DE L’ANNEE 2020.

Ce sont tous vos dons qui permettent ces analyses. Chaque euro est compté pour réussir à analyser le maximum de molécules avec le plus grand nombre de lieu de prélèvements. Merci pour vos contributions.
Lien vers notre cagnotte en ligne

  • Qu’il s’agisse de l’analyse de l’eau sur notre réseau ou dans les puits, ruisseaux…, un laboratoire (Tame-Water) effectuant des Bio-essais travaille aussi avec nous pour évaluer les risques sur le vivant.

 

 

Pour aller plus loin

Organisation Mondiale de la Santé

 

 

 

 

AMIANTE

L’amiante est présente sur le secteur principalement dans les toitures, mais aussi dans les conduits de cheminée, particulièrement dans les enrobés de route, mais aussi dans certains feeders permettant l’acheminement de notre eau pour la consommation humaine.

Seuls les spécialistes reconnus par l’État sont autorisés à gérer ce type de matériaux. L’habilitation et l’accréditation ont un caractère obligatoire.

IL n’existe pas à ce jour de fichier central permettant de répertorier le nombre de rapports d’amiante sur notre secteur, uniquement des centres de recyclage spécialisés dans ce domaine.

Tous bâtiments construits avant 1997 sont susceptibles d’en contenir, seule précaution à prendre est de réaliser un Diagnostic Technique Amiante par un professionnel du Bâtiment. Tous les bâtiments recevant du Public sont soumis à cette réglementation de Contrôle. (Analyse effectuée avec un protocole spécifique exemple de carottage ou prélèvement via des fibres, puis adressée directement à un laboratoire spécialisé).

L’utilité de réaliser un DTA (Diagnostic Technique Amiante) est d’obtenir un rapport de repérage avec des caractéristiques. Ce diagnostic doit être tenu à jour et consultable par toute personne.

À partir des années 1970, son utilisation dans l’industrie a commencé à être restreinte et l’utilisation de l’amiante a finalement été interdite en France (décret n°96-1133 du 24 décembre 1996) à partir du 1er janvier 1997 et en 1999 une directive européenne interdit l’amiante au 1er janvier 2005 dans tous les États membres

Types d’amiante :

En France, trois types d’amiante ont été utilisés dans la fabrication de produits de couverture, à savoir la crocidolite (amiante bleu), l’amosite (amiante brun) et la chrysolite (amiante blanc).

Chacune d’elles présentent différents niveaux de dangerosité, la crocidolite étant considérée comme la plus dangereuse. Son utilisation a été arrêtée en France dans les années 1990, elle était couramment utilisée pour l’isolation.

Le type le moins dangereux, la chrysolite, était le type d’amiante le plus couramment utilisé dans la fabrication des plaques d’amiante en ciment.

 

PLOMB

Le plomb est un métal extrêmement lourd, utilisé depuis la préhistoire et ce jusqu’à nos jours. Une reconnaissance a été établie avec des cas de Saturnisme, maladie, chez les plus jeunes.

Interdit depuis le début du XXe siècle ; La France l’a réellement interdit en 1948-49 pour les peintures et plus récemment en 1995 pour les anciennes canalisations de distribution de l’eau potable aux citoyens, le sol les poussières et dans l’air .

Cet alliage est interdit en raison de sa toxicité. Le plomb a été couramment utilisé dans de multiples usages telle que la métallerie des armes, la peinture sur les menuiseries, les canalisations d’eau à usage domestique, les fonderies, dans les appareils technologiques .

Sur le secteur, les canalisations d’eau courante en plomb ont été remplacées progressivement.

Depuis 2006, tout propriétaire d’immeubles bâtis et construits avant 1949 est tenu de réaliser un Diagnostic Technique Plomb en cas de vente ou de locations de cet immeuble puis également de réaliser à ses frais les travaux en cas de  non-respect réglementaires à savoir un seuil de référence .

Ce seuil a ainsi été abaissé à 50 µg/L par arrêté ministériel du 8 juin 2015, applicable depuis le 17 juin 2015

Le décret du 5 avril 1995 a interdit la mise en place de canalisations en plomb dans les installations de distribution d’eau (réseaux de distribution publics et intérieurs). En outre, l’arrêté du 10 juin 1996 a interdit l’emploi de soudures contenant du plomb.

Rapport en cours d’expertise, instructions données pour lecture, investigations de grande ampleur

 

Pour aller plus loin

 

Organisation Mondiale de la Santé
Toxicité du plomb – Un fait
Toxicité du plomb – Exposition

Légifrance Arrêté du 11 janvier 2007 relatif au programme de prélèvements et d’analyses du contrôle sanitaire pour les eaux fournies par un réseau de distribution, pris en application des articles R. 1321-10, R. 1321-15 et R. 1321-16 du code de la santé publique

Amiante législation  Décret n°96-1133 du 24 décembre 1996

Atlantic ‘Eau, / Diagnostics / Ministère Solidarité et Santé

DIRECCTE Pays de la Loire

Contact : collectif.sce4@gmail.com